La peur de l’abandon peut être tellement paralysante qu’elle finit par dissuader bon nombre d’entre nous d’entreprendre quoi que ce soit ! On pense que, de cette manière, on prévient toute déception, culpabilisation, sensation de nullité…

Et je parle en connaissance de cause : je suis une ex-abandonneuse en série ! Pourtant, aujourd’hui, j’ai une entreprise qui roule, un tas de projets qui nécessitent un suivi sur le long terme et tout va bien! Tout avance. Sans peur d’abandonner. Sans envie d’abandonner.

Et non, je n’ai pas changé d’ADN, pas subi de lobotomies, je suis toujours la même personne mais avec un état d’esprit bien différent.

Mais alors comment s’en sortir? Comment aboutir les projets qui nous tiennent à coeur et pour de bon ? Comment « chasser » ces pensées qui nous font nous demander quand est ce qu’on abandonnera? Comment changer son état d’esprit et surtout comment en choisir un qui nous correspond?

Je vais vous proposer ici une nouvelle perspective et quelques astuces pour que vous puissiez trouver, dans chacun de vos projets, un état d’esprit qui vous sied.

Avant d’entrer dans le vif du sujet, je vous propose de faire une introspection rapide. Comment, chez vous, la peur d’abandonner se manifeste? Quelles sont les conséquences de cette peur dans votre vie? Si vous continuez à être emprunt de cette peur, à quoi ressemblera votre vie dans quelques années? Et si vous arrêter ?

 

1. SE TROUVER SON « POURQUOI »

 
 

Lorsqu’on veut se lancer dans des projets qui demandent de dégager du temps et d’y consacrer de l’énergie, on se doit d’avoir une sacrée raison. Rappelons le, le cerveau est fainéant (ici si vous avez pas lu l’article 😉 )

Le cerveau est un éternel économe et, si vous ne lui donnez pas une raison suffisante pour utiliser l’énergie disponible, il va naturellement procrastiner les tâches.

 Mais une « bonne raison » c’est quoi ? 

Pour trouver cette raison suffisante, personnellement, je me questionne beaucoup : quels besoins est/sera comblé par ce projet (Maslow)? quelles valeurs il nourrit ?  est ce que je suis ok avec tout ça?

Plus le besoin comblé se rapproche du haut de l’échelle des besoins, plus vous serez aligné avec votre raison. Trouver la chose qui crée un engouement réel en vous et se la rappeler va vous donner un moteur pour aboutir votre projet.

Parfois la réponse à ces questionnements ne sera pas satisfaisante, et c’est tant mieux. Ça permet de filtrer les projets que vous envisagez et ne faire que ceux qui vous tiennent vraiment à coeur.

 

2. REBOOTER SON IDENTITE

 

Je vous invite à remarquer l’identité que vous avez pu vous créer autour de l’abandon de projet : qu’est ce que vous vous dites sur vous quand vous y pensez ? 

Personnellement je m’étais créé un ego de créative éternelle lassée. Je pouvais dire des choses telles que « je suis creative, j’ai besoin de stimulation différente, je me lasse vite ». 

Remarquez aussi à quel point cette identité ne nous sert pas. C’est assez important, quand on entame un changement d’identité, de voir ce qui nous handicape dans celle qu’on s’est créée. 

Ensuite, lâcher prise sur tout ce blabla qu’on se raconte. Comprendre que tout ça c’est pas vraiment « nous » mais seulement nos pensées sur nous. Nous sommes capables de changer nos pensées, nos émotions, nos actions, nos résultats. 

Trouver une identité qui vous correspond plus et l’encrée, à travers, par exemple, des questions à soi. Vous pouvez vous demandez : qu’est ce qui me prouve que je sais persévérer quand je veux? (si vous avez pas une réponse immédiate ne vous en faites pas, votre cerveau va continuer à chercher et finira par trouver des réponses). Quelle personne vous voulez être ? Qu’est ce que vous voulez vous dire sur vous? Vous avez le choix !

Enfin, faire la paix avec son passé d’abandon, c’est aussi une étape importante. Oui, à ce moment là, vous auriez pu aboutir tel ou tel projet. Oui, tout ça était lié très certainement à votre système de pensée de l’époque. Mais c’est pas grave si vous ne l’avez pas fait. Vous êtes ici aujourd’hui, en train d’apprendre une nouvelle compétence et vous accordez du temps et de l’énergie pour encrer quelque chose que vous savez, par vos expériences, précieux. La capacité à persévérer. Vous pouvez vous féliciter. 

Ce que j’aime beaucoup me dire personnellement c’est que la vie est un ensemble d’expérience. Parfois on fait le tour de certaine chose. On décide qu’on en a eu assez et on passe à autre chose. J’ai cette vision de la procrastination dans ma vie. J’ai fait le tour. Je la connais et je suis contente de l’avoir expérimenter (Dieu sait, à fond 😅). Aujourd’hui je choisis d’expérimenter autre chose. Qu’est ce que ça fait d’aboutir ce qui me tient à coeur ? comment je peux m’y prendre? quelle émotion me permet d’avancer dans ce sens? L’expérimentation me le dira !

 

3. FIXER PRECISEMENT SES OBJECTIFS (QUOI, QUAND)

 

Si vous avez eu un passé d’abandonneur en série, il est possible que vous ne vouliez plus vous fixer d’objectifs précis, quantifiables et datés. Pourtant, c’est un très bon moyen d’éviter qu’on se disperse et qu’on procrastine ! 

Quand on a une date précise pour son objectif chiffré, on sait exactement quel chemin il nous reste à parcourir pour atteindre l’objectif. On peut donc estimer quelles actions mettre en place si on veut arriver à aboutir notre projet à une date précise. On évite ainsi les détour, les arrêts…

Je sais que, beaucoup d’entres nous, avons eu tendance à utiliser l’échec comme moyen de se culpabiliser et se rabaisser. Ici, ce n’est pas le but. Si vous surprenez votre cerveau à faire ça, arrêtez le de suite ! 

Si vous n’arrivez pas là où vous vouliez être au moment prévu, vous pouvez opter, plutôt que pour la flagellation, pour la réévaluation. Pourquoi vous n’y êtes pas arrivé et quelles actions mettre en place pour atteindre votre objectif à une date que vous vous êtes refixé ? 

 

4. ADOPTER CONSCIEMMENT DE NOUVELLES PENSEES

 

Toutes les pensées que vous avez empruntent, dans votre cerveau, des chemins neuronaux. Ces chemins vous les avez vous mêmes créés en répétant les pensées en questions. 

C’est ainsi qu’une pensée devient automatique. Elle devient ce qu’on croit par défaut. 

Les pensées que vous avez aujourd’hui sur votre objectif peuvent être changées. Si vous vous dites « ce n’est pas possible » « je ne peux pas y arriver ». Vous avez toute les chances de confirmer vos croyances. 

Heureusement vous pouvez les changer. 

C’est à dire que vous pouvez vous créer de nouveaux chemins neuronaux. Le cerveau empruntera naturellement la « route » qu’il trouvera la plus facile à prendre. Vous pouvez lui faciliter la tâche. 

Cette route sera celle qui aura été la plus empruntée. Plus vous pensez une pensée que vous croyez (c’est à dire qui fait naitre l’émotion escomptée), plus votre chemin neuronal se renforcera. 

Une fois devenue le chemin le plus praticable, votre cerveau l’empruntera par défaut. 

C’est à dire qu’il vous servira la pensée automatiquement. 

Oui, à un moment vous croirez autant votre pensée initiale que la nouvelle. Vous serez en dissonance cognitive. Mais c’est temporaire et si vous faites l’effort conscient de pensée ce que vous voulez être votre nouvel état d’esprit, vos efforts seront récompensés par la création d’une nouvelle pensée automatique.

Comment choisir ses nouvelles pensées ? 

En les essayant, si vous avez envie d’adopter de nouvelles pensées par exemple : avec suffisamment d’effort je peux atteindre cet objectif, voyez ce que vous ressentez. Si vous avez de la résistance, que votre cerveau vous sert plein de pensée du type « c’est pas vrai », c’est pas une pensée qui vous va. Essayez en une autre. 

Une fois les bonnes pensées trouvées, répéter les. La matin, le soir, quand votre ancienne pensée vous est servi automatiquement faites l’effort de vous rappeler ce que vous avez choisi de penser.

 

5. CE QUI A ETE APPRIS NE PEUT ETRE DESAPPRIS !

 

Alors là, je vais vous donner une pensée qui a vraiment complètement switché mon état d’esprit. Si vous avez abandonné à plusieurs reprises quelque chose qui vous tenez à coeur, sachez que vous avez commencé votre chemin neuronal et c’est tout ce qui compte. Parce qu’une fois commencer, vous ne pouvez pas l’effacer! Ce qui a été appris ne peut pas être désappris! 

Je sais pas vous mais moi wow, ça m’a soulagé !

Vous pouvez reprendre tranquillement là où vous en étiez.

Se rappeler ça évite de tomber dans les « foutu pout foutu » qui nous invite eux à laisser complètement tomber. 

Non là on peut se dire, et c’est un fait scientifique, que peu importe si on a pas tenu ce qu’on s’était promis, on peut reprendre là où on en été.

 

6. LES LISTES!

 

Listez tous les jours ce vous faites pour aller vers ses objectifs: prouver à votre cerveau que vous êtes en train de réaliser l’objectif. Ca vous créera un pic de dopamine et permettra de prévenir les « non mais ça sert à rien de me faire ».

La liste de ses fiertés: cette astuce est très personnelle. J’ai testé ça sur plusieurs semaines. Tous les soirs, je me prends un joli stylo et une feuille et je note tout ce dont je suis fière dans ma journée. 

Non seulement ça fait un bien fou mais en plus c’est une source de motivation incroyable !

Ca marche très très très bien. La fierté est une émotion puissante ! Au bout de quelques jours, votre cerveau (s’il est comme le mien), va être beaucoup plus apte et déterminé à faire toutes les choses prévues ! Testez ça et dites m’en des nouvelles!

 

7. BILAN CHAQUE SEMAINE 

 

S’accorder un moment à la fin de chaque semaine pour faire un bilan de sa semaine. Qu’est ce qui s’est bien passé? qu’est ce qui n’a pas marché? quelles actions je mets en place pour la semaine suivante?
 
Mine de rien, ça nous permet de nous remettre sur les rails très régulièrement. 
 

8. REPENSER L’ECHEC

 

Bon là, je vais pas vous la faire longue. Je fais un article dessus : ici. 

Mais, je vous rappelle quand même, si vous avez peur de l’échec, que si vous décidez de faire quelque chose de nouveau, il y a de forte chance que vous ne sachiez pas encore faire la chose en question ! 

Lâchez-vous la grappe ! Laissez-vous le temps d’apprendre, de faire des erreurs, de recommencer…

 

Et vous, vous avez des astuces, des pensées, ou croyances qui vous servent pour aboutir vos projets? 

Author

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.