Avez vous déjà ressenti ce profond malaise lorsque vous deviez vous valoriser/valoriser votre travail ? 

C’est quelque chose que j’ai expérimenté ces derniers mois. J’ai creusé le « pourquoi » de ces émotions désagréables : bien sûr, à l’origine, un tas de pensées limitantes.

J’en ai parlé autour de moi. Beaucoup de personnes m’ont avoué ressentir le même malaise. Lorsque j’ai parlé des pensées qui en étaient la source, beaucoup étaient partagées (avec l’impression, peu être erronée, que c’était surtout par des femmes) !

Alors je pense qu’écrire un article sur ces pensées, ces émotions et comment j’ai surpassé tout ça peut être très salvateur pour ceux qui se reconnaitrons.

Si vous suivez ce blog depuis un moment vous l’avez sûrement remarqué : j’ai fait une pause dans mes posts. 

Une des raisons a été ce malaise et ses pensées que je me répétais (souvent sans m’en rendre vraiment compte).

Cette période de « creux » m’a permis de mettre le doigt sur beaucoup des croyances que j’avais sur moi, les autres, mon travail etc.【Tout ça est ressorti comme les premiers boutons d’acné d’un enfant pré-pubères (en masse je veux dire) 】

Je vais donc, ces prochaines semaines, rédiger plusieurs articles sur les freins qu’on se met durant l’avancement/la création de ses propres projets !

Restez donc connecté !

Les première pensées, sur lesquelles je me penche aujourd’hui, sont les « je ne suis pas assez intéressant.e » aussi connu sous le nom de « j’ai rien à offrir » « tout le monde s’en fou » ou encore « les autres sont tellement plus intéressant »… 

Si ça me tient à coeur de partager tout ça, c’est aussi parce que ces pensées ont été un énorme frein dans mon travail et ma créativité : une fois levée, tout a changé ! Je pense donc à toutes ces personnes qui ont un projet génial mais qui n’ose pas l’entreprendre à cause de ce genre de pensée : quelle perte pour l’humanité !

Pour les surpasser, on va commencer par les comprendre : pourquoi autant de personne les partage?

 

L’auto-valorisation dans notre société

Je tiens déjà à partager un point important : je crois profondément qu’on est tous plus ou moins conditionné par la société dans laquelle on vit, notre famille, nos expériences…

Beaucoup de nos points de vue nous on été inculqués à un âge où nous n’avions pas un esprit critique très développé…

C’est pour ça, je pense, que nous avons en commun beaucoup de pensée, de valeur, de croyance… (en fonction de la société, la famille … que nous avons expérimenté..)

En ce qui concerne l’auto-valorisation, si vous êtes issu d’une culture en partie chrétienne très catholique comme la mienne (= la France mais ce n’est pas le seul pays concerné) alors vous devez très certainement énormément valoriser l’humilité et la modestie. 

Peut être même sans savoir précisément ce que ça signifie à vos yeux !

Ce qui va suivre n’est pas une dénonciation gratuite de cette culture, mais une critique, je l’espère, constructive. J’aimerais surtout vous inviter à vous interroger sur ce que VOUS avez intériorisé en tant qu’individus.

Je vous propose, pour commencer, un petit focus sur les définitions du Larousse (dictionnaire qui mettra je pense tout le monde d’accord).

Modestie : Modération, réserve, retenue dans l’appréciation de soi-même (qui est  lié au faire).

Humilité : Sentiment, état d’esprit de quelqu’un qui a conscience de ses insuffisances, de ses faiblesses et est porté à rabaisser ses propres mérites (qui est lié à l’être).

J’ai eu un petit choc en découvrant ces définitions. 

Il y a une totale dissonance entre ce que je pensais et les définitions en question. Pour moi, la modestie était plutôt le fait de ne pas étaler ses réussites quant à l’humilité, le fait d’avoir conscience de son humanité, de ses limites. 

Mais là on parle quand même d’autre chose : « retenue dans l’appréciation de soi », la première chose que je me demande c’est pourquoi ? Pourquoi avoir une retenue? « Rabaisser ses propres mérites ». Hmm…

Je trouve ces définitions intéressantes. Elles reflètent les autres recherches que j’ai faites : globalement, en France on a valorisé la modestie et l’humilité pendant des siècles.

C’était alors une vision chrétienne catholique encourageant les croyants, pour se rapprocher de Dieu, à se rabaisser toujours plus qui était partagé. D’ailleurs, l’apôtre Paul estimait que l’humilité devait nous amener à « estimer les autres supérieurs à nous mêmes » (Philippiens chapitre 2, verset 4).

Je pense que vous voyez où je veux en venir : il y a eu, à un moment donner une confusion (volontaire ou pas)  entre « se rabaisser » et être humble. 

L’humilité comme elle a été valorisée, interprétée, a eu une influence sur la société de l’époque et a perpétré un système de valeur emprunt de cette vision.

Lorsque je vois comment les personnes parlent d’elles ou se rabaissent sans raison apparente, je trouve ça un peu triste. Je peux pas m’empêcher de penser « pourquoi ? ». Se sentir inférieur aux autres est il nécessaire pour que la société fonctionne? Est ce que le sentiment d’infériorité est un bon moteur à l’échelle individuelle?

A un moment, on finit par croire qu’on est pas assez interessant, pas assez bon… Et c’est valorisé de le croire  !

J’ai toujours le choix de croire ce que je veux sur moi

Personnellement je crois, avec ferveur, que nous avons tous la même valeur. Et si nous avons tous le même valeur, pourquoi s’estimer de fait moins interessant?

Je vous invite à vous demander : est ce que je choisis d’y croire? est ce que je trouve cette façon de penser bien pour moi ? Quel résultat j’obtiens avec ce type de pensée? 

J’ai des souvenirs de mes parents ou mes professeurs me répétant « ne fais pas ton intéressante » lorsque je prenais la parole avec confiance devant des adultes (sans même me mettre en valeur d’ailleurs…enfin..dans mes souvenirs hihi). 

Ce que j’ai personnellement remarqué, c’est qu’en créant sur internet, j’ai eu de nombreuses pensées de ce type qui sont apparues et toutes les émotions qui vont avec.

J’avais l’impression de me mettre au dessus des autres en me mettant en valeur. J’avais l’impression que je ne pouvais pas apporter quelque chose au monde. J’ai trouvé ça profondément triste. Je me suis demandée comment le monde serait si tout le monde avait pensé comme ça ! Quelle perte …

Ça a clairement été un frein dans ma créativité. Je n’avais plus d’idées de vidéos, d’articles, de posts… 

Ce qui a été particulièrement flagrant c’est la « renaissance » créative que j’ai eu une fois que j’ai commencé à travailler sur des alternatives de pensée. C’est comme si j’avais rouvert une porte coincée depuis un moment qui donnait sur un endroit plein de bonnes énergies.

Ma renaissance créative. 

Après quelques recherches, j’ai décidé d’adopter d’autres définitions. 

Pour moi, à partir de maintenant, l’humilité sera « Le sentiment d’être petit par rapport au monde qui nous entoure. la vertu de celui qui mesure tout ce qui lui reste à apprendre et le chemin qu’il doit encore parcourir. ». Et la modestie, la démonstration, bien que peu importante, de cette vertu.

Je me suis interrogée sur les pensées alternatives que je pouvais avoir. J’en ai parlé à Esther (sa chaîne youtube), lors d’un webinair, qui m’a donné les premières clés dont j’avais besoin, une pensée alternative toute simple, « tout le monde est intéressant ». Tout le monde expérimente quelque chose d’interessant à partir du moment où il vient à la vie. Si vous êtes vivant c’est que vous avez forcément quelque chose d’intéressant à raconter. Pourquoi ? parce que vous avez un point de vue unique, des expériences uniques…

Ça m’a parlé et j’y ai cru alors je l’ai inclus dans ma routine matinale.

Tous les matins, je me pose la question de : pourquoi tout le monde est intéressant. J’écris des paragraphes sur le sujet. Parfois je les relis et d’autres fois je reformule ma réponse pour l’encrée. Dès que, dans ma journée, j’ai un moment où je me dis « je ne suis pas intéressante », je me rappelle consciemment de ce que j’ai écris le matin même. Je choisis de croire autrement. Parce que, le cerveau adore la répétition, lorsque vous faites ça vous créer de nouveau chemin neuronaux que vous developer avec la pratique de la pensée. Ces chemins finissent ensuite par devenir très pratique à emprunter pour votre cerveau. Il l’empruntera alors par défaut (ça prend du temps, ça vaut le coup ! ).

 Et vous savez quoi ? c’est devenu ma pensée par défaut.  

Ça a été libérateur pour moi. J’en ai fini avec une bonne partie de mon auto-sabotage. Je voulais donc naturellement le partager avec vous !

Et vous, quelles sont les pensées qui vous retiennent d’exposer votre travail ? 

Author

Write A Comment

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.