J’ai eu l’idée ce matin de me créer un cahier dédié à mes plus beaux souvenirs. Une sorte de collection merveilleuse de ce que j’ai pu vivre durant ma vie. Et je vous propose de faire de même.

Pourquoi?

D’abord parce que je me suis rendue compte après qu’une personne m’ait demandé quel était mon plus beau souvenir que j’avais du mal à récupérer dans ma mémoire des souvenirs marquants et positifs. Non pas que j’ai vécu une triste vie- Dieu merci- mais je pense que mon cerveau ne s’est pas habitué à faire cette démarche.

Je pense que notre façon de pensée, les sujets auxquels nous pensons, et même notre vision du monde provient des choix conscient ou inconscient que l’on a fait. Lorsque nous choisissons de nous concentrer sur telle ou telle chose, nous avons toujours le choix de porter notre attention sur une autre chose.

Vous pensez peut être en lisant ça que non, la vie est « injuste/dure/belle/mettez l’adjectif qui vous plait hein » et que les circonstances vous le prouve toujours. Par exemple, lorsque vous vous dites que les gens sont particulièrement malpolis,  bizarrement toute la journée vous avez une ribambelle d’exemple de comportement qui vous confortent.

Eh bien votre cerveau vous trompe le coquin! Vous connaissez le biais de confirmation?

Eh oui en réalité toutes les circonstances sont neutres. Preuve en est, la perception que vous avez des exacts mêmes faits peut être complètement différente de celle de votre voisin. Bien sur socialement et culturellement certaines choses sont perçues comme très négatives mais même la, si vous changer de société ou de culture vous aurez des réactions face aux mêmes situations complètement différentes. EXEMPLE

Bonne nouvelle le cerveau est extrêmement plastique. La plasticité neuronale représente la faculté du cerveau à se récupérer et à se restructurer.La plasticité cérébrale décrit la capacité du cerveau à remodeler ses connexions en fonction de l’environnement et des expériences vécues par l’individu.

Author

Write A Comment