PLAN:Courbe de l’apprentissage : point de départ 0 puis essaie puis échec …

I) peur de l’é

chec: comment ça peut paralyser

Il me tenait vraiment à coeur d’écrire cet article. Vous ne le savez peut être pas mais cet article est l’un des premiers articles que je rédige pour ce blog. Avec ce blog j’ai vraiment envie de vous créer des déclics. Le genre de déclic qui va vous permettre d’accroire la vitesse à laquelle vous avancez. Et pour ma part celui que j’ai eu avec l’échec a été tellement puissant qu’il me parait aujourd’hui évident que je dois vous transmettre ma (seconde/ nouvelle) perception de l’échec.

L’échec est presque un concept mystique dans notre société. Quelque chose de pas très défini pour chacun de nous mais d’assez douloureux et qui fait très peur. L’échec est perçu, et je le percevais moi même comme tel, comme quelque chose à éviter. C’est un peu comment cette histoire de four chaud. Tu l’as touché une fois, ça a brulé et donc tu préfères t’en éloigner le plus possible. Sauf qu’ici on parle de blessure émotionnelle et qu’en vous voulant échapper à la blessure vous allez automatiquement vous éloignez de l’évolution, l’apprentissage et de vos objectifs.

II) Qu’est ce que l’échec

La première étape lorsque je suis fasses à ce genre de concept douloureux sans que je ne sache précisément pourquoi l’effet est celui là et de le définir!

De quoi exactement a t’on si peur?

Alors je fais appel à mon ami Wikipédia – que j’adore oui oui oui-  et voilà ce qu’il nous propose:

« L’échec est l’état ou la condition qui fait que l’objectif désiré ou prévu n’est pas atteint, et peut être vu comme l’opposé de succès.

Dans son sens le plus général, un échec est une situation qui résulte d’une action n’ayant pas abouti au résultat escompté. »

Quand j’ai eu conscience de cette définition je me suis dit, ce que vous vous dites surement: c’est tout ? « c’est seulement ça? ».

Eh oui l’échec n’est ni plus ni moins que le fait d’action qui non pas abouti à un résultat escompté. Donc face à un échec la chose qui semble la plus logique de faire c’est plutôt de se dire: « ok je n’ai pas mis en place les actions nécessaires pour obtenir ce que je souhaite, quelles actions supplémentaires ou différentes dois-je alors mettre en place? »

Simplissime n’est ce pas? Ah si les choses pouvait être si simple. Attendez, elles le peuvent et je vais vous expliquer exactement comment!

III)l’histoire qu’on se raconte

Déjà il faut se rendre compte que l’échec est si douloureux parce qu’on en fait quelque chose qu’il n’est pas: une remise en question de tout notre être. On a tendance à se raconter une histoire mélodramatique ou nous sommes des personnes nulles, dépourvus de capacité à faire des choses (souvent que les autres arrivent à faire- le pensons nous- simplement) etc etc etc. Forcément avec un état d’esprit comme celui là nous ne pouvons pas avancer serrement dans nos projets. Si dès qu’on se heurte à un échec – une action qui n’abouti pas à un résultat escompté- on va pas aller très loin. On va plutôt avoir tendance à se renfermer sur nous même, très souvent à fuir à l’aide de tampons émotionnelles (concept emprunté à Esther: podcast) et à tenter d’oublier ce qu’il s’est passé ou pire à ressasser en se disant à quel point nous sommes nulles. Mais point n’est besoin de tout ça!

III) Eviter des émotions alors que vous avez le contrôle

On essaye d’éviter des émotions désagréables alors que nous avons le contrôle et le pouvoir de penser que l’échec est simplement un nécessaire dans la courbe de l’apprentissage. Toute votre vie vous allez apprendre un tas de chose plus ou moins importante allant de marcher jusqu’à être une mère ou un professeur ou un entrepreneur. Vous allez faire face à plein d’interrogation: comment être trouver le juste milieu entre être stricte et souple avec ses enfants? Comment atteindre la cible de prospect que je veux? comment faire aimer l’apprentissage à ses élèves?

Spoiler: on ne nait pas avec les réponses avec ces questions!! Et même si vous lisez un tas de livre sur les sujets, vous vous formez ou autres vous allez forcément faire des erreurs et connaitre des échecs. Dans l’application de ce que vous avez appris mais aussi face à des choses que vous ne connaissez pas ET CE N’EST PAS GRAVE. D’ailleurs c’est nécessaire!! Si vous voulez apprendre vous allez forcément échouer encore et encore jusqu’à atteindre l’exact but que vous vous êtes fixé. Et c’est beau quand on y pense. La PERSEVERANCE, voir un enfant apprendre à marcher et tomber encore encore encore et pourtant, ré-essayer jusqu’à ce qu’il réussit.  C’est un exemple bateau que vous avez certainement entendu mille fois mais il montre parfaitement ce que j’entends par là. D’ailleurs, j’ai écouté l’excellent podcast de Brooke Castillo à ce sujet et elle donnait l’exemple du portage de verre. Elle expliquait que durant ses stages de coaching, elle disait au participant de prendre un verre: et il le faisait sans bla-bla mentale de -est ce que je peux réussir? est ce que je peux le faire- parce qu’il savait que oui. Et même s’ils faisaient tomber le verre cela ne remettait pas en question leur capacité à prendre un verre. Non il se sentait pas nulle et incapable parce qu’ils ont échouer à prendre le verre! Voilà ce que ça fait de n’être plus pollué par les histoires qu’on se raconte. Oui si vous changer d’état d’esprit sur l’échec vous pourrait faire face à l’apprentissage et de facto à l’évolution de manière très sereine.

IV) Multiplier votre taux d’échec!

D’ailleurs , dans ce podcast Brooke Castillo nous parle de Ramith Sethi qui présente l’échec d’une manière dont je suis TOTALEMENT fan!! Il explique que sur son ordinateur il a un dossier nommer « mes 5 échecs/mois « . Lorsque vous évoluer. Vous sortez de votre zone de confort. Vous allez forcément faire des choses que vous n’avez jamais faites. Vous allez forcément échouer! Donc si vous n’échouer pas c’est que vous n’évoluer pas. Vous ne sortez pas assez de votre zone de confort!

Et donc pour augmenter les chances de réussir il faut nécessairement augment le taux d’échec! Je vous invite donc à créer un fichier échec à remplir tous les mois. Ça va complètement transformer votre vision de voir vos projets, de vous voir et même votre rapport à la vie!

D’ailleurs je vous ai concocté un petit schéma portant sur la courbe d’apprentissage. Ma façon de voir l’évolution!

  • Élément de liste #1
  • Élément de liste #2
  • Élément de liste #3

VI) perfectionniste :excuse pour ne pas échouer ?

Pour finir je voulez quand même distinguer de sorte d’échec pour que vous puissiez devenir un très bon échoueur. Il y a l’échec qui survient lorsqu’on  y a une sortie de zone de confort et il y a l’échec qui survient lorsqu’on est choisi de ne par faire les choses. L’abandon est un mauvais échec. Echouer encore et encore mais n’abandonnez jamais tant que vous voulez obtenir la chose en question. C’est une bonne chose d’échouer dans l’action car ça indique qu’on apprend et évolue, par contre abandonner face à la vie ne vous fera pas avancer. Il existe aussi un autre façon de mal échouer: auto sabotage, vous ne faites pas tout ce qu’il est en votre possession de faire pour réussir. 

Oui l’échec s’apprend aussi. C’est une véritable compétence de savoir correctement échouer!

Alors demandez vous quels sont les projets que vous avez laisser en cours de route parce que vous avez eu honte d’échouer? Quels projets vous n’avez pas fait par peur d’échouer?

Ah et ceci est un message à toute les personnes qui se disent perfectionnistes: arrêter d’utiliser le perfectionnisme comme un excuse pour abandonner vos projets ou ne pas les commencer (oui oui je suis au courant). Accordez vous le droit d’échouer sinon vous risquerez de ne jamais aboutir. Le perfectionnisme ralenti lorsqu’il est utiliser comme tel. Les erreurs sont de belle preuves que vous avancer lorsque vous faites les choses vous essayer réellement d’atteindre l’objectif que vous vous êtes fixer.

IV)Décidez ce que l’échec voudra dire pour vous

Le but de cet article est de vous montrer qu’il n’y a pas (comme tout dans la vie) une seule façon de voir l’échec! En fonction de votre vision de l’échec vous aurez des résultats différents. Que serais votre vie si vous aviez plus peur de l’échec? Si l’échec était même quelque chose de positif qui signifie évoluer? Vous avez le pouvoir de changer de perspective et de changer votre vie! 

Devenez donc un bon échoueur : l’échec est une compétence qui s’apprend, bien échouer vous permettra d’atteindre des sommets.

 

Author